Comment l'amour empoisonne les femmes

Peggy SASTRE

Comment l'amour empoisonne les femmes

Un boulet conglomérant l’amour, le bonheur familial, la réussite conjugale ; toutes ces notions dont se gargarisent une énorme majorité de femmes lorsqu’elles font la liste de leurs priorités existentielles. Comme si la normalité, quand vous êtes dotée d’ovaires, était de mettre l’amour en tête de votre liste et au coeur de votre quotidien. D’investir un temps et une énergie incroyables à la tenue de ce poste budgétaire vital. Et de souffrir le martyre quand le retour sur investissement en vient à trahir vos espérances. Toute déviation de cette norme, toute trajectoire alternative seront vues d’un sale oeil, a fortiori par un point de vue féminin. Le problème, c’est que l’amour, quand il vire au toxique, est autant la justification des hommes qui battent que des femmes battues qui restent. Il est le prétexte totalitaire et indépassable des accès de folie, des meurtres passionnels, des tortures conjugales, des truanderies affectives. Il est le carburant des crimes d’honneur, des mutilations génitales, de l’obsession de la virginité et de l’injonction à la pudeur. Il ceint d’explosifs la taille des veuves noires de Tchétchénie, fait partir Monique Fourniret à la chasse aux vierges, allume l’ordinateur de Valérie Trierweiler. Telles des chiennes de Pavlov, les femmes ont été conditionnées à saliver face à l’amour en tant qu’indice d’engagement. Au seuil de sélectivité sexuelle très bas des hommes répond un seuil de sélectivité affectif tout aussi faible chez les femmes : mieux vaut s’accrocher à n’importe quoi que de risquer de n’être accrochée par rien. Le temps semble venu de faire perdre à l’amour ses lettres de noblesse.



Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !
Peggy SASTRE

L'auteur

Peggy Sastre est docteur en philosophie des sciences, spécialiste de Nietzsche et de Darwin. Ses travaux s’orientent principalement autour d’une lecture biologique des questions sexuelles. Elle a notamment signé Ex utero – pour en finir avec le féminisme (2009, La Musardine) et Le Sexe des maladies (2014, Favre). En tant que chroniqueuse et traductrice, elle collabore à divers titres de presse (Slate, L’Obs).

Ouvrages

comment l'amour empoisonne les femmes-peggy-sastre la domination masculine n'existe pas-peggy-sastre