Féroces

Robert GOOLRICK

Féroces

Les Goolrick étaient des princes. Et tout le monde voulait leur ressembler.
C’étaient les années 50, les femmes se faisaient des coiffures sophistiquées, elles portaient des robes de taffetas ou de soie, des gants et des chapeaux, et elles avaient de l’esprit. Les hommes préparaient des cocktails, des Gimlet, des Manhattan, des Gibson, des Singapore Sling, c’était la seule chose qu’ils prenaient au sérieux. Dans cette petite ville de Virginie, on avait vraiment de la classe, d’ailleurs on trouvait son style en lisant le New Yorker.
Chez les Goolrick, il y avait trois enfants, tous brillants. Et une seule loi : on ne parle jamais à l’extérieur de ce qui se passe à la maison. A la maison, il y avait des secrets. Les Goolrick étaient féroces.



Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !
Robert GOOLRICK

L'auteur

Robert Goolrick vit dans une petite ville Virginie avec ses deux chiens Preacher et Judge.
Il a déjà publié aux éditions Anne Carrière Une femme simple et honnête, Féroces, Arrive un vagabond (Grand Prix des lectrices de Elle 2013) et La Chute des princes (Prix Fitzgerald 2015).

Ouvrages

après l'incendie suivi de la nouvelle trois -robert-goolrick une femme simple et honnête-robert-goolrick féroces-robert-goolrick arrive un vagabond-robert-goolrick la chute des princes-robert-goolrick l'enjoliveur-robert-goolrick