Le soleil peut attendre

Monique PELLETIER

Le soleil peut attendre

« Par tempérament, par goût, je vais de l’avant. J’ai toujours aimé vivre au présent et préparer l’avenir. Ce livre, s’il raconte mon passé, formule des propositions pour notre avenir commun. Il y a plus de trente ans, mon mari a eu un AVC qui l’a lourdement handicapé. Il ne bouge plus, parle mal et rarement, il est aujourd’hui aveugle, mais j’ai écrit sous son regard infiniment tendre. Je raconte quelques étapes de mon existence, qui a été riche en événements, en expériences et en rencontres. Cela couvre une longue période de la vie française : la tourmente de la guerre, ma découverte de la liberté et de l’amour, ma maternité (ô combien heureuse, avec sept enfants !), mon engagement dans la vie professionnelle et politique. Les positions que j’ai occupées – avocate, chargée de mission sur la drogue, secrétaire d’État à la Justice, ministre de la Famille et de la Condition féminine, membre du Conseil constitutionnel, présidente du Conseil national handicap – me permettent d’esquisser aussi le portrait de personnalités que j’ai eu la chance de côtoyer.

J’exprime mon avis concernant un certain nombre de sujets de société : les mères porteuses, l’homosexualité, l’euthanasie, entre autres, sur lesquels mon parcours m’autorise à prendre position. Je suis souvent indignée par les situations intolérables que je rencontre, et je formule des propositions pour y remédier, qu’il s’agisse de la drogue, de la justice, des femmes ou du handicap.

Je m’exprime dans ce livre en toute franchise car, avec l’âge, je suis totalement libre de mes opinions et de mes paroles. »



Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !
Diffusion Interforum
ISBN : 978-2-8433-7628-3
Code barre : 9782843376283
Nombre de pages : 208
Parution : 20 octobre 2011
Prix : 17 €

Monique PELLETIER

L'auteur

Monique Pelletier est née en 1926 dans le Calvados.
Avocate, elle entre en politique en 1977 (mission sur l’état de la drogue en France), sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing.
En 1978, elle est nommée secrétaire d’État à la Justice auprès du garde des Sceaux, Alain Peyrefitte.
Puis elle devient ministre de la Condition féminine, charge à laquelle s’ajoute, en 1980, celle de la Famille. De 2000 à 2004, elle est membre du Conseil constitutionnel.
Elle travaille toujours comme avocate.

Ouvrages

le soleil peut attendre-monique-pelletier