Vers l'abîme

Erich KASTNER

Vers l'abîme

En 1931, Erich Kästner, alors au sommet de sa notoriété, publie un roman satirique, Fabian, qui lui vaut les foudres de la critique, prompte à dénoncer l’« immoralité » supposée des œuvres qui osent appeler un chat un chat. Il faut dire qu’il n’y va pas de main morte : son héros s’y livre à une critique féroce du Berlin de la République de Weimar, lieu de toutes les débauches et de tous les compromis. Rien d’étonnant à ce que, dès 1933, l’ouvrage ait été brûlé lors des autodafés décrétés par le régime nazi.


Pourtant, le livre avait subi la censure d’un éditeur prudent, qui en avait soustrait les audaces les plus éclatantes. Une réédition récente nous permet fort heureusement de redécouvrir Fabian dans une version plus conforme à l’idée initiale de Kästner. On n’en est que plus saisi par l’étrange entre-deux dans lequel se meut le jeune Fabian, désespéré par la veulerie de ses contemporains, pressentant l’approche du désastre, mais incapable d’agir et de s’engager. Un roman décapant, qui parvient à conjuguer l’ironie, la compassion et la poésie singulière d’une modernité déboussolée.



Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !
Diffusion Interforum
ISBN : 978-2-8433-7760-0
Code barre : 9782843377600
Nombre de pages : 280
Parution : 14 janvier 2016
Prix : 20 €
Erich KASTNER

L'auteur

Erich Kästner (1899-1974) est un écrivain allemand, scénariste et créateur de spectacles de cabaret. Il est connu du public allemand pour sa poésie critique pleine d’humour, et pour ses livres pour la jeunesse : Émile et les Détectives (1929) s’est vendu à plus de deux millions d’exemplaires et a été traduit en 59 langues. Kästner est également auteur de romans pour adultes, qui ont été l’objet d’autodafés par le régime nazi.

 

1929 : le roman pour enfants Émile et les Détectives se vend à plus de deux millions d’exemplaires. Il sera traduit en 59 langues.

 

1930 : paraît une version lourdement censurée de Vers l’abîme. (Cette version sera publiée en français en 1983 par Balland sous le titre original Fabian ou l’histoire d’un moraliste.)

 

1931 : Émile et les Détectives devient un film à succès dont les cinéphiles seront surpris d’apprendre que l’adaptation est signée Billy Wilder et Emeric Pressburger.

 

1933 : Erich Kästner se rend à l’autodafé de ses propres livres. Un étudiant rugit : « Contre la décadence et la dégénérescence morale ! Pour la défense de la décence et des bonnes mœurs de la famille et de l'État… » Un autre poursuit l’imprécation : « ... je livre aux flammes les œuvres d'Heinrich Mann, Ersnt Glaeser et Erich Kästner ! » Une femme dans la foule excitée crie : « Kästner est là ! » Et Erich Kästner, écrivain superstar qui n’avait pas voulu quitter son pays pour chroniquer cette fièvre nazie qu’il croyait passagère, fuit pour se perdre dans la nuit berlinoise et les oubliettes de l’histoire littéraire allemande.

 

1978 : Dans son livre Dans l’ombre du Reich (Éditions Plein Jour), Gitta Sereny décrit la réaction de jeune Allemands lors d’une visite au musée de Dachau : « Ils restèrent là un long moment à contempler une immense photographie de livres en flammes tandis qu’un garçon lisait le long texte en légende. Les noms d’Einstein, Heine, Thomas Mann les ont laissés froids. Mais quand ils ont entendu prononcer celui d’Eric Kästner, ils ont sursauté. “Pourquoi brûlaient-ils les livres de l’auteur d’Émile et les Détectives ?” »

Ouvrages

vers l'abîme-erich-kastner